GHOSTLAND

Brutal et poignant

 

Vu hier.
Le nouveau film de Pascal Laugier est une bombe d’intensité et de violence.
Le film assume avec vigueur son statut de film de genre, brutal, dur, crillard, moite et angoissant.
3 femmes seules, une intrusion violente, l’urgence de se défendre coûte que coûte. …

Mais l’originalité du film réside de traiter du chemin intérieur des victimes pendant et après l’événement et d’en mesurer les ravages plutôt que de mettre l’acte de survie et l’éventuel héroïsme au centre de l’histoire. Ce n’est pas un survival même si l’enjeu de survie est important.
L’ambiance est rapidement et efficacement posée, étrange et pesante avant même l’attaque, avec son lot d’icônes et de références  (les poupées, la maison isolée, HP Lovecraft…). On est pendant un moment dans le film qui fait peur à la mode en ce moment (Conjuring, Insidious…) puis on rentre soudain dans un cinéma de tension frontal et brutal qui évite ou limite les effets gores mais exacerbe l’ouragan de folie qui s’abat. On bascule alors dans le cinéma de Rob Zombie. …
Il faut donc être prêt à être secouer et déranger dans le confort apparent de son fauteuil.
Ce film mérite son interdiction aux moins de 16 ans. Clairement.
D’autant que le trio d’actrices est épatant d’authenticité et que la mise en scène est particulièrement maîtrisée et habile pour maintenir la tension tout au long du métrage. Celui-ci s’avère anxiogène et éprouvant, ce qui était clairement le but recherché.
On est vraiment content de sortir de la salle et de revoir la lumière, preuve en soi que cette plongée dans les ténèbres et la violence aveugle et limite surnaturelle est plutôt réussie.
Après c’est purement une affaire de goût.
Pour ma part, c’est réussi ; à petite dose, c’est ok pour moi…

J’ai noté ce film 4 étoiles sur allocine.fr

 

4 Shares

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *